Apocalypse 12 : clef mystérieuse pour saisir notre temps !


Durant au moins une année, nous allons tenter de pénétrer quelque peu ce texte lumineux et mystérieux d'Apocalypse 12 avec l'intelligence de la foi. Il nous plonge dans les terribles combats et drames de la fin des temps : non fin du monde, mais fin du temps des nations modernes qui se sont construites sans Dieu, et qui, sous l'influence du Dragon sont devenues ennemis de Dieu ! Il faudra cependant se souvenir que dans la " Parousie " (le " être là " de l'Avènement du Seigneur...), ce qui est déjà advenu au Ciel se déploie dans le temps agité de notre monde. Cela nous invite à la patience de la fidélité dans l'humilité du quotidien et la force de l'espérance.

Dans le livre de l'Apocalypse, qui couronne la Bible, le chapitre 12 est considéré comme unique et central par la tradition exégétique ecclésiale. Il s'ouvre sur la manifestation d'un " signe grandiose : une Femme ! " Le ton est donné car c'est par la beauté et l'humilité d'une Femme que vient la victoire sur l'horreur du mal à travers son Enfant Sauveur. Comment ne pas revenir ici à l'intuition du Pape marial que fût St Jean-Paul II. Elle nous invite à pénétrer dans le secret du Cœur Immaculé de Marie pour y être ajusté à son humilité triomphante (Lc 1,52) :

" Réjouis notre cœur, O Mère, affermis-le dans la certitude

que le Dragon n'est pas plus fort que ta beauté !...

Le temps des yeux levés vers Marie commence..."


Méditation mariale mai 2020

Nous voilà depuis des semaines en confinement : dur, dur pour une civilisation matérialiste où bouger, se distraire et consommer est une fièvre quotidienne… et pourtant, avons-nous découvert que cette réduction de l’espace extérieur offrait un autre voyage dans l’immensité secrète du cœur ? Un peu comme dans le film récent « Divergente 3 » où une poignée d’aventuriers prend le risque mortel de franchir le mur électronique pour découvrir ce qu’il y a derrière…  ou mieux encore, cette mystérieuse voix intérieure qui nous appelle, comme Abraham, à quitter une terre confortable et protégée (Gn 12,1-9) pour marcher vers une destination inconnue…

      Naître au sens de l’Evangile sera toujours traverser une frontière pour accéder déjà, dans la foi, à un Royaume qui n’est pas de ce monde : le Seigneur Jésus est « la Lumière du monde » venu « pour sauver le monde » (Jn 8, 12 et 12,47), et il affirme en même temps à ses disciples : « Mon Royaume n’est pas de ce monde… mon choix vous a tiré du monde et pour cette raison, le monde vous hait ! » (Jn 15,19).  Nous sommes nés pour l’Infini… et ce monde, si splendide soit-il, de l’oiseau qui vole aux milliards de galaxies, n’est pourtant qu’un signe de l’indicible Beauté : Elle s’est révélée un jour sur une Croix, à Cœur ouvert… et Elle s’offre à chaque instant dans le secret de nos vies. Ouvrons les yeux du cœur sur le Christ comme une Sainte Elisabeth de la Trinité : « L’horizon est si beau, c’est Lui ! Il est mon Infini, en Lui j’aime, je suis aimée et j’ai tout. Il fascine, Il emporte, sous son regard, l’horizon devient si beau, si vaste, si lumineux ! » (Lettre 130). Le confinement devrait nous inviter à accueillir le fruit secret de la prière et du silence : là, l’indicible splendeur de Jésus se révèle, comme à la Transfiguration… (Lc 9,28-36).

  Naître à nouveau en l’espace intérieur, c’est enfin prendre le chemin du Cœur de Marie pour contempler et suivre Notre Sauveur : « Elle gardait avec soin tous ces évènements et les repassait en son cœur » (Lc 2,19). Et 2000 après, à Fatima, Elle apparaît aux trois enfants en nous offrant son Cœur pour vivre les derniers temps où nous sommes arrivés : « Ne te décourage pas, je ne t’abandonnerai jamais. Mon Cœur sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu… »


Méditation mariale avril 2020

Cette parole du Seigneur Jésus à Sainte Faustine doit venir nous secouer et fortifier nos efforts de Carême… Dans le combat spirituel qui se prolonge, la lassitude est notre sournoise ennemie : elle vient comme le soporifère d'une civilisation qui ne s'émerveille plus de rien... Saint Paul nous prévient par un cri : " C'est l'heure de nous arracher au sommeil ! " (Ro 13,11). En cette fin des temps, Marie nous visite plus que jamais ! Elle est le "signe " éclatant de la beauté et de la miséricorde de Dieu. Dans le Rosaire de son Cœur, Elle nous appelle à être debouts dans la prière et vigilants dans l'espérance… Un enfant m' a dit un jour cette parole inspirée : " Si tout le monde aimait Jésus, Il reviendrait de suite ! " Mais voilà, dans notre société matérialiste et des loisirs à outrance, nous tournons le dos à l'Amour... et la parole de Notre Seigneur doit nous remuer jour après jour : " Le Fils de l'homme, quand Il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? " (Lc 18,8) Rien n'est plus urgent que notre Conversion : le découvrir et y répondre avec ferveur est le cœur de notre Carême... ​ Communion du Coeur Immaculé et Douloureux de Marie